Réalisations

Discours d’un manager pour sa collaboratrice en reconversion professionnelle

« (…) Il y a 10 ans, lorsque tu as franchi les portes de nos bureaux, ce n’était encore qu’un bâtiment en ruines.  Tu montrais déjà par ce geste que rien ne te faisait peur.  Ni de quitter le monde que tu connaissais, ni de te lancer dans une nouvelle aventure sans te laisser intimider par un lieu peu engageant.  (…)

Le chemin que tu t’apprêtes à emprunter ne sera pas toujours plane, il y aura parfois de la pluie, des côtes difficiles à gravir, des fossés à franchir.  Parfois, des épines s’accrocheront à ton sac à dos et des cailloux se logeront dans tes chaussures.  Mais tu brilleras autant que tu as brillé chez nous.  Et quand le soleil se cachera derrière les nuages, tu iras chercher la lumière en toi pour qu’elle éclaire ton chemin et celui des autres.  Oui, tu es comme ça ! (…) »

Discours de fête pour un ami et collègue

« (…) Où trouver la trace des grands hommes aujourd’hui ? Dans les jardins publics où trônent leurs bustes ?  A travers le nom des rues, dans les stations de métro, au panthéon ?  Oui, notre quotidien est truffé de références aux personnages illustres.  Cher Georges, je ne pense pas que tu aies déjà ta statue quelque part, ni de plaque de rue à ton nom, mais il est une autre manière de trouver la trace de grands hommes.  Lorsque 200 personnes de tous horizons (famille, amis, relations professionnelles) se réunissent dans un esprit aussi chaleureux que celui qui règne ici ce soir, cela démontre assurément la présence d’un grand homme parmi eux. (…) »

Lettre d’un mari à son épouse

« (…) Souviens-toi de ce jour…  Le plus beau de ta vie, tu me l’as affirmé.   Notre mariage a été pour moi l’accomplissement d’un scénario digne des plus beaux films d’amour.  Il était aussi la première et merveilleuse image d’un film qui est destiné à durer, durer, durer, jusqu’à ce que la mort nous sépare (oui, j’ose le dire).

Nous traversons pour l’instant une zone de turbulences.  Les plus beaux films comportent des passages plus sombres, des rebondissements et notre histoire n’échappe pas à la règle.  Mais nous n’avons ni baissé les bras ni éteint les projecteurs. (…) »

Discours d’une institutrice à l’occasion de sa retraite

« (…) Y a-t-il un métier plus complet que celui que nous exerçons ?  On est tour à tour animatrice, bricoleuse, comptable, peintre, psychologue, surveillante, scribe, employée administrative, éducatrice, mamy, organisatrice de voyages, secrétaire, gymnaste, conteuse, assistante sociale, puéricultrice, musicienne, bref, enseignante !  Comme dans un cirque, l’ouvreuse qui vous accueille à l’entrée du chapiteau est aussi l’acrobate qui danse sur un trapèze, l’acolyte qui se laisse découper dans une boîte à paillettes et à la fin du spectacle, c’est encore elle qui ratisse la piste en prévision du spectacle suivant.  Mais quel est le principal point commun entre l’enseignante et l’artiste de cirque ? (…) »

Discours d’un petit-fils pour les 90 ans de son grand-père

« Durant l’ été 1922, il s’est passé deux choses extraordinaires : la victoire du Wallon Firmin Lambot au Tour de France et ta naissance.

(…) Tu es né à l’époque où il était tellement exceptionnel qu’une voiture automobile circule à Hennuyères que tout le monde sortait de chez soi pour contempler le phénomène.  Tu as grandi dans une famille comme tant d’autres (…) »

Poème d’une fille à sa maman âgée pour son anniversaire

La poète retrace, à l’endroit ou à l’envers
Votre voyage de 90 printemps et autant d’hivers. (…)

Installée ce jour en majesté,
Autorisez-vous à contempler les fruits
Des joies et des épreuves passées,
De toutes ces années dédiées à autrui.

Voyez-les défiler, Dame Anne-Marie,
Ils sont tous près de vous, par le cœur ou par l’esprit,
Tous vos êtres chéris,
Votre dynastie. (…)

1 2 3